mon blog-notes!

26 janvier 2015

Emotions adolescentes...#1

Assez souvent, j'aime me faire une petit fil rouge dans mes lectures (défaut qui me reste de mon cursus littéraire sans doute...) et parfois je m'en rends compte après que quelque chose tient mes lectures ensemble. Ici il s'agit de l'émoi de l'adolescente, la jeune fille aux portes du monde adulte, qui y sera plongée tôt ou tard, de façon douce ou brutale.

SAM_2006

 

"Elle souffre d'amour-propre, pas d'amour. Elle rage d'avoir perdu la face."

Pour commencer, j'ai renoué avec Eric-Emmanuel Schmitt, que j'avais vraiment délaissé depuis ma déception de La femme au miroir. Frileuse, j'ai tourné autour de ses nouveaux écrits pour finalement me décider à lire Le poison d'amour.

Julia, Colombe, Anouchka et Raphaëlle sont quatre adolescentes, qui entrent en première et  sont les meilleures amies du monde. Mais voilà, les garçons et l'amour vont malmener cette amitié de quatre jeunes filles en quête d'identité: qui suis-je pour valoir la peine d'être aimée? Voilà ce que se demande chaque adolescente. Il est difficile de s'aimer soi-même à 16 ans et en même temps, c'est à cet âge que se découvre le corps et le coeur de l'autre. E.E Schmitt décrit merveilleusement cela à travers chaque jeune fille qui se livre dans son journal intime:

"Dire "oui" à un garçon, c'est facile". Se dire "oui" à soi-même, ça coûte."

"Comme je dégringole de haut! Alors que depuis ma naissance je me croyais exeptionnelle, je découvrais en face de lui combien j'étais ordinaire. Une fille pareille aux autres. Aussi gourde que le troupeau. Voire plus..."

"J'appréhende ce qui va sortir un jour de moi. On croit se connaître alors qu'on discerne juste une silhouette au loin."

L'écriture d'E.E Schmitt est juste délicieuse, un plaisir de le relire, j'aime tellement sa plume! Cette définition de l'amour m'enchante: "Le meilleur moment de l'amour n'arrive pas lorsque l'on dit "je t'aime", il réside dans le silence au milieu des draps, dans le frisson qui parcourt la peau, dans la veine qui palpite le long d'un bras, dans une lèvre rubis qui sourit, dans la pudeur sacrée qui, soudain, nimbe nos nudités"

Un roman qui m'a replongée dans mes émois d'adolescente, il faut le dire, même si la fin arrive vite - et brutalement.

Le seul défaut vient de sa qualité: la langue et le style dans lequel s'expriment les jeunes filles font quelque peu perdre à l'histoire sa crédibilité: Colombe se préoccupe de paraître "faisandée" auprès de ses amis...j'ai du mal à imaginer mes élèves utiliser ce registre là (et j'imagine bien ce qu'elles diraient à la place ^^)...mais tant pis, la lecture n'en est que plus agréable!!

Le poison d'amour, Eric-Emmanuel Schmitt, éditions Albin Michel

 

Posté par a_meli_melow à 08:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 janvier 2015

La Belle et la Bête

SAM_2002

 

 "Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annoncça son arrivée"

Nous sommes loin du film de Disney que ma fille regarde en boucle en ce moment...Je n'avais jamais lu la version "classique" de ce conte et je n'ai pas vu non plus la version filmée sortie l'année dernière au cinéma.

Donc je me suis plongée avec plaisir dans cette langue française fignolée, lourde de mots, propre à l'époque de Madame de Villeneuve, à savoir le 18ème siècle. Une lecture vraiment agréable jusqu'à ce que Belle découvre le Prince. Ensuite nous sommes emportés dans une histoire de fées-bergère-reine quelque peu tirée par les cheveux et surtout superflue!! Pas étonnant qu'il ne nous soit resté que le principal, l'histoire d'amour entre la Belle et la Bête. 

Un classique à lire tout de même pour la beauté de l'écriture, des descriptions et du conte du lui-même.

La Belle et la Bête, Madame de Villeneuve, éditions Folio

Une nouvelle lecture pour le challenge 

challengecoldwinter14

Posté par a_meli_melow à 18:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2015

Le vase où meurt cette verveine...

SAM_1997

 

J'aime beaucoup les romans épistolaires, donc dès que j'en ai un entre les mains, généralement, il attérit sur ma PAL. Pour celui-ci, je savais qu'il serait fort, que j'allais pleurer....j'ai pleuré, oui, mais pas pas pour les raisons que je croyais...Avant de lire Le vase où meurt cette verveine, j'avais lu l'avis de Mélo qui m'a confortée dans mon envie de le lire. Elle avait prévenu, "ça remue, ça secoue"...ah oui, c'est violent...

Pourtant, tout commence "banalement" je dirai...Zika et Joseph, mariés depuis 56 ans, doivent se quitter pour un moment, car Zika est malade. Son état nécessitant beaucoup de trajets à l'hôpital, elle est hébergée chez leur fille Isabelle. Mais Isabelle n'a pas de place chez elle pour son père, qui sera donc hébergé chez Gauthier, le frère d'Isabelle. A peine séparés, les amants de toujours entament une correspondance où se peint la force de leur amour, leur souffrance d'être séparés et d'être incompris de leurs enfants...

"A cet instant, tu m'as manqué plus que je ne saurais dire et en même temps, j'étais heureuse parce-que tu existais, quelque part dans ce monde, même si c'était loin de moi".

"J'aimerai ton silence, j'aimerai ton absence, j'amerai tout de toi puisque je t'ai choisie et qu'il ne peut être autrement."

Mais ce que l'on comprend, c'est que leur amour si fort s'est nourri d'eux et a exclu leurs enfants: Zika ne comprend pas les reproches de sa fille, Joseph est impuissant devant la fuite de son fils...Comment parler du dénouement tragique? A la fois beau et dramatique..."Toujours intact aux yeux du monde, Il sent croître et pleure tout bas Sa bessure fine et profonde; Il est brisé, n'y touchez pas" (Le vase brisé, Sully PRUDHOMME)

Une lecture boulversante, qui m'a marquée.

Le Vase où meurt cete verveine, Frédérique MARTIN, éditions Pocket

P.s: j'en suis tellement boulversée que j'ai oublié de signaler que ce livre faisait parti de ma PAL 

challengecoldwinter14

Posté par a_meli_melow à 15:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2015

Ecrire...

Depuis quelques temps, le désir d'écrire me titille à nouveau...Mais tenir un journal comme au temps de l'adolesence, je n'en ai plus le temps et puis je n'ai plus besoin de déverser des tonnes de mots sur mes émotions (parce-que quand je me relis, quel flot!)...Non, juste des notes, des impressions, une citation, un mot d'enfant, une joie, une peine...quelques lignes d'un quotidien qui passe décidemment trop vite...je me suis fait la réflexion, en repensant à l'année écoulée, que j'aurais aimé garder plus de choses en mémoire.

En cherchant un carnet adéquat (c'est pas comme si je n'en avais pas assez hmhm...)je suis tombée sur le concept de "one line a day"...

SAM_1993

 

c'est une sorte de journal de bord, mais sur 5 ans... sur chaque page journalière, il y a 5 parties, de sorte qu'une fois la 1ère année remplie, en passant à la 2ème partie, on a sous les yeux ce que l'on a écrit l'année auparavant. Chaque partie comporte 5-6 lignes, bien assez pour noter ce dont j'ai envie. J'en ai fait mon nouveau petit rituel, et j'essaie de le compléter chaque soir.

 

SAM_1994

 

 

Malheureusement, ce soir, j'y inscrirai l'attentat sur Charlie Hebdo...même s'il n'y a pas de mots et que l'on peut s'interroger sur quoi demain sera fait...

Posté par a_meli_melow à 17:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 janvier 2015

Lectures de décembre...

Décembre dingue et chargé est passé, les premières journées de janvier pour s'en remettre aussi, le blog va pouvoir reprendre du service! 

Voici un petit récapitulatif de mes lectures de décembre:

 

charlotte

J'étais ravie qu'il soit au CDI, je ne pouvais pas passer à côté...On a tant déjà écrit sur ce livre, que je ne vous donne que mon avis (vous ne pouviez pas passer à côté de Charlotte dans les médias, n'est-ce-pas??): une très belle lecture, une écriture originale, qui scande la vie de Charlotte mais aussi les interrogations de l'auteur sur sa fascination pour cette artiste, dont il a suivi et chercher les traces. Malgrè ce destin tragique, Foekinos rend cette jeune femme touchante. On ne sort pas boulversé de ce roman, mais ému, oui.

 

 

 

 

 

 

Juste à la bonne période, j'ai lu les Nouveaux Contes de Noël d'Anne Perry. Dans ce recueil, quatres nouvelles se succèdent, de qualité assez inégale à mon goût.La Promesse de Noël est celle qui m'a le moins plu, je suis restée embrouillée du début à la fin avec les personnages et le mobile du meurttre me semble tiré par les cheveux. La Révélation de Noël est centrée autour d'Emily, la belle-soeur de Thomas Pitt (dont j'ai aimé lire les enquêtes, il fut un temps!!) et sa tante, d'un mystère qui plombe un village de pêcheurs irlandais...une nouvelle beaucoup plus étoffée que la première. Un Noël plein d'espoir raconte l'histoire de la petite Minnie Maud qui a perdu son âne: son oncle chiffonier est mort en pleine rue, sa charette et l'âne ont disparu. Une histoire qui mêle candeur de l'enfance et violence du monde adulte. L'Odyssée de Noël est de loin l'histoire la plus noire de tout le recueil, nous emportant dans les bas-fond de Londres à la recherche d'un fils au prise à la débauche (on oublierait carrément que cela se passe à Nöel...)

Ce recueil fait parti de mon challenge Cold Winter!challengecoldwinter14

 

 

 

 

 

 

Nous attendions avec impatience le tome 3 des Carnets de Cerise et le voilà juste pour les fêtes. Encore une jolie histoire, simple mais émouvante, et des dessins justes magiques. Je ne lis pas seulement cette BD, je la contemple et aime me perdre dans ces magnifiques planches. Bon maintenant, on attend le tome 4! (je dis "on" car j'en fais souvent la lecture à voix haute à ma fille de 6 ans et demi...)

Posté par a_meli_melow à 19:05 - Commentaires [3] - Permalien [#]



04 décembre 2014

Les Brumes de Riverton...

SAM_1991

 

Dès que je l'ai eu entre les mains, je savais qu'il allait me plaire.

1924: le poète Robert Hunter se donne la mort. Les soeurs Hartford sont les témoins de ce drame: l'une aurait été l'amante, l'autre la fiancée. 1999: une réalisatrice souhaite faire un film sur cette histoire au parfum de scandale, et contacte la dernière personne vivante de cette époque, Grace, une vielle dame de 98 ans, qui toute sa vie, a cherché à oublier ce qu'il s'est passé jadis.

C'est Grace qui nous raconte cette histoire, enfin, à Marcus, son petit-fils, par cassettes enregistrées. Pour comprendre et saisir tous les fils qui mènent à la fin que l'on connaît - soi-disant - déjà, il nous faut remonter jusqu'en 1914 et l'arrivée de Grace au château de Riverton, où elle fera la connaissance des jeunes filles Hannah et Emmeline Hartford et deviendra la femme de chambre d'Hannah.

Alors si vous aimez Downton Abbey, vous aimerez Les Brumes de Riverton, on y retrouve vraiment toute l'ambiance, de l'office en passant par la cuisine en surchauffe, les bals et la belle et grande propriété. Je n'ai pas vu passé les 700 pages, tant l'intrigue est fine et bien menée, les descriptions m'ont emmenée sur les lieux. Grace est un personnage très attachant, tant jeune fille que vielle dame, et Hannah est fascinante par sa complexité. C'est un récit basé sur la mémoire, donc il y a des ellipses et parfois, les évènements ne sont pas chronologiques, surtout à la fin, où nous avons d'abord les réactions des personnages avant le dénouement. Ce n'est qu'après avoir lu les derniers mots que les personnages prennent entièrement leur sens, et que le lecteur comprend le rôle qu'a joué Grace cet été 1924.

Une belle lecture qui ouvre chez moi le challenge Cold Winter 2014!

challengecoldwinter14

Posté par a_meli_melow à 17:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

28 novembre 2014

De A à Z...

 

SAM_1988

Voici un petit(enfin, façon de parler hmhm) tag sympa que j'ai pu voir sur différent blogs, il a été créé ici, mais moi j'ai récupéré les questions sur la chaîne de Margaud

Le principe est le suivant: chaque lettre de l’alphabet renvoie à un mot qui lui même renvoie à une question à laquelle nous devons répondre. C'est parti!

 

A – AUTEUR – Auteur dont vous avez lu le plus de livres ?

Je crois que ç'est Zola (même si je n'ai pas fini les Rougon-Macquart)suivi de près par Stefan Zweig (dont j'ai lu beaucoup de nouvelles...) mais mainenant que j'y pense, j'ai déjà lu 9 bouquins de C. Läckberg!!

B – BEST – La meilleure suite de série ? 

Alors je ne suis pas très "série" ou "saga", je n'en ai pas beaucoup dans ma bibilothèque...celle qui me vient est "Rebelles" d'Anne Godbersen, tous les tomes sont supers!

C – CURRENTLY – Le livre que vous lisez actuellement ? 

Les Brumes de Riverton de Kate Morton

D – DRINK – La boisson qui accompagne vos lectures? 

Du café si je lis au petit-déj, sinon du thé ou une infusion

E – EBOOKS – Ebooks ou romans papier ? 

PAPIER!!! il m'est pour moi impossible de lire sur une tablette ou liseuse, j'ai besoin du livre objet avec moi.

F – FICTIONNAL – Personnage fictif avec qui vous seriez sorti au lycée ?

ouh là...Julien Sorel!

G – GLAD – Un roman auquel vous êtes content d’avoir donné une chance ? 

Nos étoiles contraires...le voir partout ne me donnait pas forcément envie...et maintenant je le recommande à tous le monde

H – Hidden – Un roman que vous considérez comme un joyau caché ? 

Elle est un peu tirée par les cheveux celle-là non? Je dirai La petite cloche au son grêle de Paul Vacca, que j'ai qualifié de "bijou", et c'est vraiment ça!

I – Important – Un moment important dans votre vie de lectrice ? 

La naissance de mon fils. J'ai englouti beaucoup de livres en l'allaitant, retrouvant mon amour de la lecture que j'avais un peu perdu après mes études (overdose! ^^)

J – JUST – La lecture que vous venez juste de terminer ? 

Celle du magazine Vitalfood, tout nouveau et très chouette!

K – KIND – Le genre de romans que vous ne lirez jamais ?

De la science-fiction et ceux qui font peurs

L – LONG – Le roman le plus long que vous ayez lu ?

Celui que je suis en train de lire fait environ 700 pages (en poche!)donc je pense qu'il passe en tête...

M – MAJOR – Le roman qui vous a causé le plus gros « book hangover » ?

c'est à dire, un roman qui m'a enlevé l'envie de lire...non, là, je ne vois pas...

N – NUMBER Le nombre de bibliothèque (meuble) que vous possédez ?

2: une avec les livres français, l'autre avec les livres allemands...mais ça commence à coincer, surtout avec ma PAL qui s'étend dans ma chambre!

O – ONE - Un roman que vous avez lu plusieurs fois ? 

L'Assommoir de Zola et Le Père Goriot de Balzac, au moins 3 fois chacun!

P – PREFERRED – Endroit préféré pour lire ? 

Mon lit!

Q – QUOTE – Une citation d’un livre lu qui vous inspire?

"Lire, c'est un peu comme halluciner" (Contre coups Nathan Filer)

R – REGRET – Un regret de lectrice ? 

Devoir choisir...

S – SERIES – Une série que tu n’as jamais terminée et dont tout les livres sont sortis  ? 

Twilight...et allez je l'avoue, je n'ai jamais été au delà du tome 1 d'Harry Potter non plus (pas taper!!)

T – THREE – Trois de vos livres préférés de tout les temps ? 

Il n'y en a pas que trois mais voici ceux qui me viennent de façon spontanée: L'élégance du hérisson(M. Barbery), Le père Goriot (Balzac), La part de l'autre (E.E Schmitt)

U – UNAPOLOGETIC - Un roman pour lequel vous n’éprouvez aucun remord d’être fan ? 

J'assume mes lectures, (même celles de jeunesse, alors que j'ai 30 ans passé...)S'il y a bien un domaine où on peut être tout à fait soi, c'est la lecture (je ne lirai pas un livre  que je déteste, jusque parce-qu'il est trop "in " à ce moment par exemple..)

V – VERY - Un roman dont tu attends la sortie avec impatience ?

Un nouveau Adam (oui déjà! je vais devoir encore attendre un peu donc ^^) et bien sûr, le traditionnel Läckberg de début juillet ^^

W – WORST - Votre pire habitude livresque ?

Emprunter des livres à la bibliothèque ou au CDI alors que j'ai une pile de livres achetés sur ma commode

X – X – Le 27ème livre de votre étagère la plus proche?

La Place Royale, Corneille

Y - YOUR - Votre dernier achat ? 

13 à table, un recueil de nouvelles de 13 auteurs français, en faveur des Restos du Coeur

Z - ZZZ – Le dernier livre qui  vous a tenu éveillé tard dans la nuit ?

Il me semble que c'était La Vérité sur l'affaire Harry Quebert, de Joël Dicker (et il était long aussi celui-là!)

Si vous avez lu jusqu'ici, bravo!

Et peut-être que d'autres auront envie de reprendre ce tag...Sandrine, Bénédicte? ^^

 

 

Posté par a_meli_melow à 17:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 novembre 2014

Quand tu ne t'attends pas à ça...

SAM_1985

 

Je vais faire court pour celui-ci: j'ai emprunté Juste avant le bonheur à la bibliothèque car je voyais partout le nouveau roman d'Agnes Ledig et je me suis dit, commençons déjà avec celui-ci...je ne savais rien de ce livre, lu aucune critique et parfois, cela a du bon. Au début, je pensais lire quelque chose dans la veine de Demain j'arrête et à la motié du livre tout bascule...et je m'arrête là, j'en ai trop dit déjà. Jé crois que le plaisir de la lecture sera entier si vous n'en savez pas plus...je pense que si j'avais lu une critique détaillée, je n'aurais peut-être pas osé le lire. La photo vous donne un indice sur l'état dans lequel je me suis retrouvée pendant ma lecture.

 

Si vous l'avez lu, je veux bien en discuter avec vous!!

Posté par a_meli_melow à 17:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

12 novembre 2014

D'un genre à l'autre...

Quand vous terminez un livre, est-ce que vous enchaînez directement avec le suivant? ou bien vous savourez encore un peu la rencontre avec les personnages que vous devez quitter? Moi quand je referme un livre, je suis quelques temps encore dans l'histoire, à penser aux personnages, à ce qu'ils ont dit ou fait...mais parfois, trop contente d'avoir enfin fini, j'enchaîne avec un autre, toute contente de repartir à l'aventure...c'est ce que j'ai fait avec ces deux livres...

Après Olivier Adam, il me faut toujours du lé-ger (lol) alors celui-ci se prêtait très bien à l'occasion:

SAM_1975

 

3000 façons de dire je t'aime de Marie-Aude Murail. Il me semble que je n'avais plus lu Marie-Aude Murial depuis Miss Charity. Chloé, Bastien et Neville sont en cinquième et leur professeur de français leur fait découvrir le théâtre: révélation. Mais ce n'est que 6 ans plus tard qu'ils vont consacrer toute leur énergie à préparer le concours d'entrée au Conservatoire de Paris, aidé par leur professeur d'art dramatique, Mr Jeanson. Nous avons en Chloé la jeune première romantique, en Neville le héros tragique et en Bastien le valet de comédie. Et entre eux, une très jolie histoire d'amitié-amour qui se noue...

J'ai beaucoup aimé ce roman parce-qu'il a réveillé mon goût pour le théâtre et m'a fait relire Lorenzaccio et Le Mariage de Figaro, que je n'avais pas ouvert depuis euh...10 ans?? Cela va de paire avec l'univers de la prépa quelque peu évoqué à travers Chloé (souvenirs...). J'espère que ce livre donnera envie au jeune public (je pense à mes 3èmes, à mes 2ndes!!) de se pencher sur ces beaux textes et que la belle amitié entre ce trio et Jeanson résonnera en eux comme elle a résonné en moi

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? / Un point rose qu'on met sur l'i du berbe aimer" (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)

SAM_1976

J'ai enchaîné avec Chambre 2 de Julie Bonnie. Celui-là, je voulais le lire depuis sa sortie...mais je ne l'offrirai pas à ma collègue enceinte de son 1er enfant. L'auteure nous raconte la maternité, la grossesse, par les tripes, le corps et l'instinct. La vie, la mort. Univers radicalement opposé au théâtre, même si la narratrice fut une danseuse nue...mais elle est maintenant une auxiliaire de puériculture qui se perd. Son lieu de travail est la maternité, lieu où la femme devient mère, lieu d'amour mais aussi de douleur, de folie, de drame. Une lecture percutante pour celle qui a déjà enfanté...je ne sais pas si j'aurais aimé lire cela avant d'avoir mon 1er enfant, quoique...on ne nous dit pas assez qu'une grossesse, ce n'est pas rose, loin de là...et la narratrice a une façon bien à elle de comprendre les bébés, loin de l'univers hospitalier froid et rigide "moi j'écoute la peau. la peau livre les secrets. (...) Laissez parler votre peau  et laissez la peau du nouveau né vous répondre. Vous entendrez une sontate de peau."

"elle réalise, là, sous mes yeux. C'est moi qui ai posé le bébé sur elle. Elle rit et elle pleure. Je la vois tomber amoureuse" 

 

3000 façons de dire je t'aime, Marie-Aude Murail, éditions Ecole des Loisirs

Chambre 2, Julie Bonnie, éditions Pocket

Posté par a_meli_melow à 21:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

07 novembre 2014

Il vaut la peine,

le dernier Olivier Adam.

SAM_1972

j'ai eu la chance de l'écouter en interview au Livre sur la Place à Nancy...beaucoup de ce qu'il a dit a raisonné en moi, bref l'auteur correspond à l'idée que je me suis faite. L'interview tournait bien entendu autour de son nouveau livre, que je n'avais pas encore lu alors - mais que je me suis empressée d'acheter...un Olivier Adam double toute ma PAL, voilà.

 

Je suis étonnée par les mauvaises critiques qu'il a pu reçevoir...moi je le dis bien net: j'ai aimé, Peine perdue est mon préféré, juste derrière Des vents contraires. On dit de ce roman qu'il est trop misérabiliste, trop noir,trop pessimsite. Alors oui, je m'attendais à être un peu déprimée en le lisant comme avec Les Lisières...mais en fait, non. Certes ce n'est pas Antoine au pays des bisounours, car Antoine se fait fracassé la tronche et se retrouve dans le coma et une tempête dévaste le littoral de la station balnéaire...mais autour d'Antoine gravitent 21 personnages, avec leurs histoires, leurs tentatives de s'en sortir. Entre les personnages, il y a de l'amour, de la tendresse (deux petits vieux qui s'aiment, l'amour de la fille pour sa mère, l'amour entre frère et soeur, l'amour pour un fils, un ami, l'amour sans limite d'une jeune fille pour son petit copain...)et le salaud n'est pas sûr de gagner à la fin. J'ai beaucoup aimé la construction du roman, chaque personnage à chaque chapitre, découvrir quel lien il a avec l'histoire. On a dénoncé aussi que Adam enchaîne les clichés: je pense surtout qu'il joue avec et nous montre que si, les clichés ça existe bel et bien (et on ne le voit que trop autour de nous...)

(Et puis nous sommes prévenus, il s'agit d'un roman noir: on est magistralement servi jusqu'à la fin.)

Et surtout il y a le style d'Olivier Adam, ses longues phrases comme des pensées qui tournent dans la tête des personnages, ses descriptions qui nous font à chaque fois sentir le vent en plein face...je reste fascinée par son travail d'écriture.

"Et l'esprit se grippe d'être repu. Il ne lui convient que d'être affamé"

 

Peine perdue, Olivier Adam, éditions Flammarion

 

Posté par a_meli_melow à 17:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]



Fin »