Photo0520

Suite à un malaise, les filles de Mamoune veulent la placer en maison de retraite. Jade, sa petite-fille vient la "sauver" et l'installe dans son petit appartemment parisien: les deux femmes vont nouer une relation qui va au-delà de petite-fille à grand-mère, qui se cristallise dans leur passion pour les mots et la lecture: Mamoune est une lectrice "cachée", Jade un écrivain en devenir....

Autant j'avais aimé La vie d'une autre, autant je suis un peu déçue par celui-ci. Le rythme est lent, les personnages se regardent le nombril constamment, on n'est pas happé par la sensiblitié que pourraient avoir Jade et Mamoune, qui ne font en fait que bavarder...les reflexions sont certes interessantes, sur l'âge, le temps qui passe, la lecture, mais pour moi, il manquant l'émotion, le ressentir...

Quelques phrases m'ont quand même touchée...

sur la lecture:

"Je me souviens d'avoir été fascinée par le miracle des bons livres qui arrivaient au bon moment de la vie. Ceux qui parfois tombent des étagères pour venir répondre à des questions que me posait l'existence". Cela fait tellement echo à ce que j'ai écrit ici et sur la façon dont je me perçois en tant que lectrice...

sur l'âge et la perte de l'être aimé:

"Les miroirs n'ont aucune importance quand on vit depuis très longtemps dans le regard amoureux d'un être que l'on connaît par coeur. La perte, c'est d'être brutalement placé devant cette glace qu'on a ignorée et qui semble renvoyer cet oubli de soi. (...) il existe un regard soudain sans complaisance que l'on porte sur soi-même, et dans lequel l'absence de l'autre ride ce visage qu'on a décidé d'examiner à la loupe."  

Ce très beau tableau (Les trois âges de la femme-1905) de Klimt est également évoqué, il résume bien le livre en somme (et ç'est vrai qu'on ne connaît principalement que la version tronquée!)...j'aime tellement Klimt!

klimt-les-trois-ages-de-la-femme