Résultat de recherche d'images pour "livres classiques"

Voici donc l'article dont je parlais dans mon post précédent, qui sera en fait une sorte de résumé de mon parcours littéraire qui est naît avec les classiques. En écho vous avez celui de Saleanndre ici.

Petite, j'ai beaucoup emprunté à la bibliothèque sous l'impulsion de ma maman (merci maman!!! ^^): j'ai lu tous les livres de la Comtesse de Ségur mais aussi la Petite Fadette ou les contes de Grimm. Entre deux Fantômette ou Club des Cinq (quoi, ce sont des classiques maintenant non?? ^^) j'ai découvert ensuite Henri Troyat dont j'a lu maintes fois la triologie de Viou puis des Semailles et des Moissons...A l'époque je pouvais lire, relire, rerelire sans relâche: tous les livres de mon enfance ou adolescence ont été lu plus d'une fois, c'est sûr.

Puis vint ensuite, Maupassant, découvert au collège avec le Horla. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai lu Bel-Ami ou Une vie. Au collège vint aussi la 1ère approche du théâtre, avec Molière son Médecin malgré lui. Et la découverte de la poèsie de Ronsard ou Du Bellay. 

C'est en Seconde que mon amour pour les classques a pris une telle ampleur que je n'ai rien lu d'autres pendant des années (merci à ma prof de français!!). Le contemporain, ce n'était pas de la littérature pour moi. Oui pompeuse à 15 ans je l'étais mais il faut dire que j'avais de quoi faire.  Victor Hugo m'a autant captivée dans Notre Dame de Paris, Les Misérables que dans ses vers dans Les Châtiments. J'ai relu maintes fois le Père Goriot de Balzac qui m'a fait pleurer, j'ai lu une bonne partie des Rougon-Macquart de Zola avec une nette préférence pour L'Assommoir et Au Bonheur des Dames. Quand j'avais envie d'un peu d'amour je lisais Autant en emporte le vent ou La Bicyclette bleue...

Mon année d'hypokâgne puis mes deux années de kâgne furent le summum de mon parcours littéraire, je n'allais que de découverte en découverte, de Proust à Mme de La Fayette, de Flaubert à Voltaire, de Rimbaud à Baudelaire, de Marivaux à Racine, de Thomas Mann à Hermann Hesse, de Goethe à Brecht, de Hölderlin à Schiller.

Mon parcours littéraire post -prépa a été plus calme, il m'a fallu digérer cette masse de littérature engloutie en si peu de temps, il m'a fallu réapprendre à lire pour le plaisir: si anodin que cela paraisse, il me fut difficile de lire un roman sans décortiquer chaque paragraphe, sans relier l'auteur à un courant, sans m'approprier une citation.

Puis l'envie de lecture est revenue et il me restait tout un monde à découvrir: la littérature contemporaine. Je me rappelle encore très bien du roman qui a fait "clic"; il s'agit de La Part de l'autre, d'E.E Schmitt. A partir de là, j'ai gardé un tendre souvenir pour les classiques, relisant quelques un de temps en temps.

Voilà mon parcours: ce sont les classiques qui on fait de moi l'amoureuse des livres que je suis, ils sont mes fondamentaux, ma base - comme le dit si justement pour moi Saleanndre: "Comme si j'avais besoin de connaître bien ce qui avait été fait avant, pour bien comprendre le monde d'aujourd'hui."

 

Comme si sans mon amour des classiques, je n'aurai pas été capable d'apprécier tout ce que nous offrent les auteurs contemporains.

Si vous avez tout lu jusqu'au bout, peut-être auriez vous envie de partager votre expérience avec les classiques, ou tout simplement me dire lesquels sont vos préférés et si vous en lisez toujours?